La tunisie Medicale - 2010 ; Vol 88 ( n°011 ) : 855-856
[ Vu 8648 fois ]
Article

Les plasmocytomes solitaires sont des tumeurs rares qui appartiennent au groupe des dysplasies myéloides de type B et se développent assez souvent au niveau des voies aérodigestives supérieures et des os cranio-faciaux (1). Ils représentent moins de 1% des cancers de la tête et du cou et moins de 0,4% des cancers des voies aéro-digestives supérieures (2). La localisation naso-sinusienne est exceptionnelle (3).

Observation

Il s’agit d’une patiente âgée de 66 ans sans antécédents pathologiques ayant consulté pour une obstruction nasale unilatérale gauche évoluant depuis 7 mois associée à des épisodes d’épistaxis intermittentes. L’endoscopie nasale avait révélé une formation tumorale charnue comblant la fosse nasale gauche et saignant au contact.
L’examen cervical n’a pas objectivé d’adénopathies cervicales associées. Le reste de l’examen ORL et général était sans particularités. Une tomodensitométrie (TDM) du massif facial a mis en évidence un processus expansif de la fosse nasale gauche se rehaussant modérément après injection de produit de contraste et entrainant une soufflure des parois osseuses.
La patiente a eu une tumorectomie par voie endonasale. Il s’agissait d’une tumeur très vascularisée présentant une zone d’insertion fibreuse à la jonction cloison nasale-plancher avec lyse osseuse et communication avec la fosse nasale controlatérale.

Figure 1 & 2 :
IRM du massif facial en coupes axiale et coronale montrant un processus expansif tissulaire comblant la fosse nasale gauche étendu au sinus maxillaire homolatéral, au septum nasal et au plancher osseux de la fosse nasale avec extension à la fosse nasale controlatérale.



L’examen anatomopathologique a conclu à un plasmocytome de la fosse nasale gauche. Les suites opératoires étaient simples mais la patiente a été perdue de vue après l’intervention. Sept ans après, elle reconsulte pour une récidive de l’obstruction nasale gauche avec une rhinorrhée sanguinolente.
A l’endoscopie nasale, on a mis en évidence une tumeur comblant la fosse nasale gauche ayant le même aspect macroscopique décrit lors du premier épisode. Une imagerie par résonance magnétique (IRM) du massif facial a montré un processus expansif tissulaire comblant la fosse nasale gauche de 43 x 36 mm, étendu au sinus maxillaire homolatéral, au septum nasal et au plancher osseux de la fosse nasale avec une extension à la fosse nasale controlatérale.
Cette tumeur était en hypersignal T2 hétérogène, hyposignal T1 avec rehaussement intense après injection de Gadolinium (Figure n°1,2,3,4). Un bilan a été demandé en vue d’éliminer un myélome multiple comportant une électrophorèse des protides, une calcémie, une recherche d’une protéinurie de Bence-Jones, des radiographies du crâne et du bassin et une IRM vertèbromédullaire.
Toutes ces explorations étaient normales. La patiente a été réopérée avec exérèse complète de la tumeur par voie de Degloving. Une confirmation anatomopathologique de la récidive du plasmocytome a été faite. La patiente a eu une radiothérapie externe à la dose de 45 Gy avec un champ d’irradiation éthmoïdal et latéro-cervical gauche. Le contrôle endoscopique et radiologique (IRM du massif facial) postradique n’a pas décelé de récidive tumorale après un recul de 2 ans.Toutes ces explorations étaient normales. La patiente a été réopérée avec exérèse complète de la tumeur par voie de Degloving. Une confirmation anatomopathologique de la récidive du plasmocytome a été faite. La patiente a eu une radiothérapie externe à la dose de 45 Gy avec un champ d’irradiation éthmoïdal et latéro-cervical gauche. Le contrôle endoscopique et radiologique (IRM du massif facial) postradique n’a pas décelé de récidive tumorale après un recul de 2 ans.

Figure 3 & 4 : IRM du massif facial en coupes axiale et coronale montrant le rehaussement intense de la masse tumorale après injection de Gadolinium




Conclusion
Le plasmocytome des fosses nasales de diagnostic essentiellement histologique, est une tumeur rare. Son traitement repose sur des compétences techniques avancées nécessitant la mise en place d’une multidisciplinarité à toutes les étapes de la prise en charge. La chirurgie complète associée à la radiothérapie postopératoire apporte la meilleure probabilité de contrôle local.

Références
  1. Balayre S, Gicquel J J, Mercie M, Dighiero P. Extension orbitaire d’un plasmocytome sinusien secondairement transformé en myélome multiple. J Fr Ophtalmol 2004 ;27,1 :67-71.
  2. Merrot O, Fayoux P, Maetz B, Darras J, Chevalier D. diagnostic et prise en charge du plasmocytome endonasal : à propos d’un cas. Ann Otolaryngol chir cervicofac 2002 ;119,5 :296-300.
  3. Heß T, Egerer G, Kasper B, Rasul K I, Goldschmidt H, Kauffmann G W. Atypical manifestations of multiple myeloma: Radiological appearance. Eur. J. Radiol. 2006;58: 280-5.
Espace membre
E-mail :
Mot passe :
Mémoriser Mot de passe oublié S'inscrire
Archives
2020
Janvier
Février
Mars
Avril
Mai
Juin
Juillet
Août
Septembre
Octobre
Novembre
Décembre
Mots-clés
Enfant traitement Chirurgie pronostic diagnostic Tunisie Maladie de crohn Cancer du sein Cancer dépistage Coelioscopie Immunohistochimie Ostéoporose échographie tuberculose
Newsletter
S'inscrire pour recevoir les newsletters
E-mail :
Partagez
Rejoignez-nous !