La tunisie Medicale - 2010 ; Vol 88 ( n°012 ) : 965-966
[ Vu 5174 fois ]
Article

Le myxome intra musculaire est une tumeur bénigne rare des parties molles d’origine mésenchymateuse (1). Sa symptomatologie est non spécifique et son diagnostic est histologique (2). Nous rapportons une nouvelle observation.

Observation

Il s’agit d’une patiente âgée de 33 ans opérée pour kyste de l’ovaire, qui consulte pour une tuméfaction de la jambe gauche indolore évoluant progressivement depuis 8 mois sans gène fonctionnelle ni signes généraux. L’examen clinique trouve une patiente apyrétique, en bon état général. La jambe gauche est le siège d’une tuméfaction au niveau de la moitié inférieure de sa face postéro interne ovalaire, de 8 cm de grand axe, indolore à la palpation, de consistance molle et sans signes inflammatoires locaux. Le reste de l’examen somatique est sans particularités.
La radiographie de la jambe gauche montre un épaississement des parties molles de la moitié inférieure du mollet sans lésion osseuse. L’échographie montre une formation échogène hétérogène relativement bien limitée mesurant 82 x 54 x 37 mm développée aux dépends du muscle évoquant une tumeur musculaire (Figure n° 1). L’imagerie par résonance magnétique montre une lésion extensive occupant le muscle soléaire à hauteur de la moitié inférieure de la jambe mesurant 13 x 6 x 5 cm, discrètement hétérogène apparaissant en iso signal avec le muscle en T1, en hyper signal intense aussi bien sur le 1er que sur le 2ème écho de T2 mais discrètement hétérogène, parcourue de septas en hypo signal. Elle se rehausse de façon importante mais hétérogène après injection de gadolinium avec des zones non rehaussées. Elle siége à distance de l’axe vasculaire tibial postérieur qui conserve un signal de flux correct. Elle est bien limitée et arrive au contact de la corticale du péroné qui est de morphologie normale. Il n’existe pas d’anomalie de signal de la médullaire osseuse (Figure n° 2, 3, 4,5). L’écho doppler montre une tumeur vascularisée avec des flux artériels de faible résistance et des flux veineux intra matériels. Elle est indépendante des pédicules vasculaires tibial postérieur et péronier.

Figure 1 : Échographie du mollet : Masse hypoéchogène hétérogène relativement bien limitée.



Figure 2 : IRM de la jambe : Lésion extensive du muscle soléaire gauche en iso signal T1.



Figure 3 : Rehaussement de la tumeur après injection de produit de contraste.



Figure 4 : Tumeur en hyper signal intense T2



Figure 5 :
Coupe axiale enT2 : Tumeur en hyper signal parcourue de septas en hypo signal



Le bilan biologique (numération de la formule sanguine, vitesse de sédimentation et C réactive protéine) est normal. Une biopsie chirurgicale lui a été faite : macroscopiquement le muscle soléaire est d’aspect normal au sein duquel se développe une tumeur de 10 cm de grand axe non encapsulée avec un contenu d’aspect glaireux. L’examen histologique conclut à un myxome intramusculaire. Une exérèse chirurgicale a été réalisée.
L’examen anatomopathologique de la pièce trouve macroscopiquement une tumeur polylobée bien limitée semblant encapsulée, mesurant 10 x 5 cm, de consistance molle, d’aspect translucide, myxoªde, de couleur blanc rosé, sans foyer de nécrose ni de calcification. L’examen histologique montre une prolifération mésenchymateuse bien limitée semblant encapsulée, peu cellulaire d’aspect franchement myxoªde avec une abondante substance fondamentale alcyanophile. Les cellules sont peu nombreuses d’aspect étoilé avec des limites cytoplasmiques floues et un noyau rond régulier dépourvu de mitoses. La vascularisation est assez marquée avec des vaisseaux capillaires d’aspect parfois branchu. En périphérie, on note la présence de nombreuses fibres musculaires striées incluses dans la tumeur, de nature non tumorale : Aspect fortement évocateur de myxome des parties molles. L’évolution post-opératoire est favorable. Huit ans après, la patiente reconsulte pour une récidive tumorale sur le trajet de la cicatrice avec à l’échographie une masse hypoéchogène, hétérogène vascularisée de 80 x 32 mm de diamètre au sein du muscle soléaire gauche, une infiltration oedémateuse du plan superficiel sous cutané sans anomalie des structures osseuses.
Cette récidive justifie une reprise chirurgicale.

Conclusion

Le myxome intramusculaire est une tumeur bénigne rare. Son diagnostic est histologique et son traitement est exclusivement chirurgical. Son pronostic est bon.

Références
  • Abdelwahab Af, Kenan S, Herman G, Lewis Mm, Klein MJ. Intramuscular myxoma: magnetic resonance features. Br J Radiol, 1992, 65: 485-90.
  • Akerman M, Rydholm A: Aspiration cytology of intra-muscular myxoma. A comparative clinical cytologic and histologic study of ten cases. Acta cyto, 1983, 27: 505-10.
Espace membre
E-mail :
Mot passe :
Mémoriser Mot de passe oublié S'inscrire
Archives
2014
Janvier
Février
Mars
Avril
Mai
Juin
Juillet
Août
Septembre
Octobre
Novembre
Décembre
Mots-clés
Enfant traitement diagnostic Chirurgie Maladie de crohn Tunisie pronostic Cancer Coelioscopie dépistage Cancer du sein mammographie Ostéoporose Schizophrénie prévention
Newsletter
S'inscrire pour recevoir les newsletters
E-mail :
Partagez
Rejoignez-nous !