La tunisie Medicale - 2011 ; Vol 89 ( n°07 ) : 653-654
[ Vu 15747 fois ]
Article

Le syndrome de la pince mésentérique ou syndrome de Wilkie se définit par la compression extrinsèque de la troisième portion du duodénum entre l’artère mésentérique supérieure et le plan aorto-rachidien. C’est une forme rare d’obstruction duodénale.
Il a été décrit pour la première fois par Rokitansky en 1861 et en 1921, Wilkie a présenté la physiopathologie et le traitement à partir d’une série de 75 cas chez l’adulte [1]. Il existe généralement des facteurs favorisants qu’il faudra connaître pour pouvoir évoquer le diagnostic. Son traitement est en premier lieu médical mais le recours à la chirurgie peut parfois s’avérer indispensable [2].

Observation
Une patiente âgée de 14 ans, sans antécédents pathologiques notables, entre autres pas de notion de modification staturopondérale récente, a été admise dans notre service dans un tableau fait de douleurs abdominales, vomissements bilieux avec intolérance alimentaire sans fièvre évoluant depuis 24 heures. La patiente, en assez bon état général, pesait 50Kg pour une taille de 1,65m, et ne présentait pas de signes de déshydratation. A l’examen, elle avait un abdomen distendu surtout à l’étage sus ombilical avec une sensibilité diffuse. Par ailleurs, les orifices herniaires étaient libres et il n’y avait pas d’hépato-splénomégalie ni de masses palpables. Ala biologie, il existait une hyperleucocytose à 23000 éléments / mm3 avec une CRP à 7,4 mg/l et une note d’insuffisance rénale (urée : 6 mmol/l, créatinine : 60 mmol/l). L’amylasémie et l’ionogramme étaient normaux. Un cliché d’abdomen sans préparation a été pratiqué et a objectivé un large niveau hydro-aérique avec diminution de l’aération digestive (Figure 1).

Figure 1 : Abdomen sans préparation montrant un volumineux niveau hydro-aérique gastrique avec absence d’aération digestive en amont.



Devant ces données cliniques, biologiques et radiologiques, deux diagnostics ont été évoqués : un volvulus sur mésentère commun ou une appendicite aigue compliquée. L’échographie abdominale faite en urgence n’a pas montré de signes d’appendicite aigue et les vaisseaux mésentériques supérieurs étaient en place au doppler. Il existe par contre, un estomac très dilaté. Un complément scannographique a été pratiqué et a objectivé une importante dilatation gastro-duodénale en amant de la troisième portion du duodénum qui était effilée juste en regard de l’aorte. L’angle aorto-mésentérique mesurait 19° et il existait une dilatation de la veine rénale gauche, le tout faisant évoquer le diagnostic de syndrome de la pince mésentérique (Figures 2 et 3). Une sonde gastrique a été mise en place et a ramené 4 litres de liquide de stase le premier jour et a permis l’affaissement de la distension abdominale et la disparition de la symptomatologie douloureuse. En parallèle, une alimentation parentérale était instaurée associée à une rééducation posturale (maintient du décubitus latéral à fin de réduire la compression duodénale). Progressivement, le débit de la sonde gastrique diminuait jusqu’à atteindre 100cc/24h au 4ième jour d’hospitalisation, autorisant alors l’ablation de celle-ci et le
début d’une alimentation fractionnée progressivement diversifiée. L’évolution a été marquée par la bonne tolérance alimentaire et l’absence de contrainte posturale à la fin de la première semaine. La patiente a été mise sortante après 10 jours d’hospitalisation, elle est régulièrement suivie à notre consultation externe et n’a pas présenté d’épisodes similaires avec un recul de 6 mois.

Figure 2 : (a, b) : TDM abdominale avec injection montrant une dilatation gastro-duodénale et de la veine rénale gauche » »



Figure 3 : TDM abdominale avec injection montrant un angle aorto-mésentérique réduit à 19°



Conclusion
Le syndrome de la pince mésentérique est une entité rare, parfois méconnue. Tout retard a la prise en charge peut avoir des conséquences dramatiques. Le scanner abdominal injecté est un examen simple et performant pour faire le diagnostic. Le traitement médical est a instaurer très précocement. La chirurgie n’est à envisager qu’en cas d’échec du traitement médical.

Références
  1. Wilkie BP. Chronic duodenal ileus. Am J Med Sci 1927; 173: 643–50.
  2. Kalouche I, Leturgie C, Tronc F et al. Le syndrome de la pince mésentérique. À propos d’une observation et revue de la littérature. Ann Chir 1991 ; 45 : 609-62.
Espace membre
E-mail :
Mot passe :
Mémoriser Mot de passe oublié S'inscrire
Archives
2022
Janvier
Février
Mars
Avril
Mai
Juin
Juillet
Août
Septembre
Octobre
Novembre
Décembre
Mots-clés
Enfant traitement Tunisie Chirurgie pronostic diagnostic Maladie de crohn facteurs de risque Cancer dépistage Cancer du sein Coelioscopie Mortalité obésité Qualité de vie
Newsletter
S'inscrire pour recevoir les newsletters
E-mail :
Partagez
Rejoignez-nous !