La tunisie Medicale - 2016 ; Vol 94 ( n°08 ) : 577-578
[ Vu 688 fois ]
Article

Introduction: L'existence d'un syndrome des anticorps antiphospholipides (SAPL) durant la grossesse est une situation à haut risque pour la mère et lefœtus. Les manifestations obstétricales sont dominées par les fausses couches spontanées à répétition, les morts fœtales in utéro (MFIU), les complications vasculaires, la pré éclampsie et le retard de croissance intra-utérin.
Méthodes: Il s'agit d'une étude rétrospective menée sur une période de cinq ans et trente patientes présentant un SAPL diagnostiqué au décours de complicationsobstétricales.
Objectifs: Préciser l'intérêt du traitement par l'aspirine et/ou l'héparine à bas poids moléculaire (HBPM) ainsi que l'évolution des grossesses.
Résultats: Notre population avait un âge moyen de 33,6 ans, toutes des pauci pares (p<3). La recherche d'aPL était motivée par les antécédents de pré éclampsie sévère (10 cas), la MFIU (5 cas), les avortements spontanés à répétition (15 cas). Les données biologiques retrouvaient un TCK allongé corrigé par l'adjonction de sérum témoin et le diagnostic n'a été retenu qu'après une recherche de SaPL positive à deuxreprises.
La stratégie de la prise en charge reposait sur la mise sous: HBPM à partir de 11-12 SA pour cinq patientes ; Aspégic 100mg/j à partir de 11-12 SA pour cinq patientes et l'association Aspégic/HBPM à partir de 11-12 SA pour 20 patientes. Le suivi de la grossesse dans notre population reposait sur la numération mensuelle des plaquettes, une échographie obstétricale mensuelle, une étude Doppler des artères utérines précoce puis des artères ombilicales mensuelle, une hospitalisation systématique à 28 SA et un enregistrement du rythme cardiaque fœtal à partir de 30 SA. L'évolution de la grossesse et dans le post-partum relevait quatre avortements tardifs, dix cas de pré éclampsie sévère, deux MFIU et un cas de thrombophlébite du post-partum survenu malgré la mise de la patiente sous anticoagulants pendant six semaines. L'accouchement par voie basse avait intéressé deux grossesses à terme (MFIU). Nous avions recouru à la césarienne dans 24 cas: sept accouchement prématurés et 17 à terme dont trois en urgence.
Conclusion: Le risque de récidive des manifestations du SaPL au cours des grossesses ultérieures estélevé justifiant des mesures préventives. Le traitement le plus adapté pour diminuer ce risque est l'association aspirine/héparine. La bonne connaissance de ce syndrome permettrait au clinicien d'effectuer une recherche des aPL et de proposer la prise en charge adéquate.

Espace membre
E-mail :
Mot passe :
Mémoriser Mot de passe oublié S'inscrire
Archives
2017
Janvier
Février
Mars
Avril
Mai
Juin
Juillet
Août
Septembre
Octobre
Novembre
Décembre
Mots-clés
Enfant traitement Chirurgie diagnostic Tunisie Maladie de crohn pronostic dépistage Cancer Coelioscopie Cancer du sein mammographie tuberculose Ostéoporose Schizophrénie
Newsletter
S'inscrire pour recevoir les newsletters
E-mail :
Partagez
Rejoignez-nous !