La tunisie Medicale - 2018 ; Vol 96 ( n°010 ) : 541 - 544
[ Vu 131 fois ]
Article


Le Grand Maghreb (Tunisie, Algérie, Maroc, Mauritanie, Lybie) constitue une communauté unique et unifiée, partageant non seulement une culture homogène et des ressources complémentaires, mais aussi un projet de développement et de survie, obligatoirement coordonné et intégré. La Santé Publique (Public Health) est un exemple traceur de la similitude des enjeux auxquels sont confrontés les systèmes nationaux de santé, dans les cinq pays du Grand Maghreb et du déterminisme de la mutualisation des ressources et des expertises pour la lutte contre les pandémies prévalentes et la promotion des déterminants de la santé, aussi bien environnementaux que populationnels.
Aujourd’hui, la population maghrébine se trouve confrontée, à une charge globale de morbidité, dominée par l’explosion des maladies non transmissibles (cancers, affections cardiovasculaires, problèmes de santé mentale,..), en plus de l’émergence des nouveaux problèmes liés à la gestion irrationnelle de l’environnement communautaire et hospitalier (santé environnementale, infections associées aux soins, ..). La catégorie des affections attribuées à la violence et à la vulnérabilité aux accidents, toutes formes confondues, s’installe de plus en plus, sur les agendas des managers des services de santé, comme étant des nouvelles priorités sanitaires. Ainsi, le Grand Maghreb serait victime, au début de ce 21ème siècle d’une « triple charge de morbidité » [1].
Dans la continuité de l’Ecole Médicale Maghrébine (Kairouan, Tlemcen, Fès,..), ayant marqué l’histoire de la médecine globale, par une approche fondée sur les données universelles, acculturée dans son contexte populationnel, centrée sur « Al Insan » (la plus belle créature d’Allah) et orientée vers les groupes les plus démunis, les systèmes nationaux de soins de santé des pays du Grand Maghreb se sont construits progressivement, en combinant l’engagement politique des « Etats », le militantisme des « leaders » de la santé publique, et les sacrifices des citoyens « contribuables », pour concrétiser effectivement la sécurité sanitaire et l’indépendance médicale au Grand Maghreb [2].
Au cours des six dernières décennies, plusieurs générations de professionnels de santé, se sont succédées, dans tous les pays du Grand Maghreb, pour la création, la consolidation et la reforme des systèmes nationaux de santé. Dans une première étape, l’accent a été mis sur la mise en place des structures de soins de proximité et d’autres de référence et, répondant aux besoins de santé des populations, conformément aux principes de l’équité, de la polyvalence et de la décentralisation. Dans une deuxième étape, des stratégies d’appui aux structures de première ligne de soins, par la création des échelons supérieurs et des agences spécialisées, ont été lancées. La troisième étape du parcours des systèmes nationaux de santé, a été marquée par l’adoption des programmes de réajustement structurel, d’appui à la qualité des services rendus, et de mise à niveau des procédures managériales.
Cette longue marche maghrébine de développement de systèmes nationaux de santé au Grand Maghreb, a cumulé à la fois, des exploits, des échecs et des frustrations. Les meilleurs résultats de santé dans les pays du Grand Maghreb ont intéressé le couple « mère et enfant » (réduction significative de la mortalité maternelle et infantile) et la gestion des maladies infectieuses (hygiène de l’environnement et vaccination..). Des difficultés de management de la nouvelle morbidité chronique (maladies cardiovasculaires, cancers, santé des adolescents et des jeunes,..) ont été documentées tout au long de l’espace maghrébin, malgré l’efficience des approches classiques de la santé publique (promotion de la santé, dépistage précoce, éducation pour la santé,..). Les initiatives de renforcement des capacités des systèmes nationaux de santé ont été confrontées à des échecs répétés, particulièrement dans les domaines du financement socialisé des soins, la gouvernance participative, la transparence des structures sanitaires, la planification stratégique des établissements de soins, la couverture santé universelle, la mesure et l’appui de la performance, la formation en leadership sanitaire, la recherche opérationnelle méthodologiquement valide et socialement responsable….
Fière de l’expertise cumulée, tout au long des capitales médicales maghrébines dans le domaine de la « Santé Publique », consciente des grands enjeux épidémiologiques, démographiques, socio économiques et organisationnels auxquels sont confrontés les systèmes nationaux de santé maghrébins, et aspirante à une riposte maghrébine coordonnée, fondée sur les données actuelles de la médecine préventive et de la santé communautaire, sur les expériences des milliers d’acteurs de santé publique dans tous les niveaux décisionnels et opérationnels et sur les attentes de la population maghrébine et ses préférences culturelles…que la revue « La Tunisie Médicale », en collaboration avec le Réseau Maghrébin Pédagogie-Recherche-Publication en Sciences de la santé (PRP2S), en association avec l’Unité de Recherche UR12SP36 « Mesure et Appui de la Performance Hospitalière » et en partenariat avec les sociétés maghrébines des Sciences Médicales et Chirurgicales, a le plaisir de vous présenter ce numéro thématique sur la « Santé Publique Maghrébine: Expériences, Enjeux et Perspectives ».
Ce numéro thématique, édité d’une manière concomitante au congrès médical maghrébin, organisé par la Société Tunisienne des Sciences Médicales, le 9 et 10 novembre 2018, recueille les contributions d’environ 150 cosignataires, mutualisant leur expertise en sciences de la santé publique (épidémiologie, bio statistique, économie de la santé, hygiène hospitalière, administration sanitaire,..) mais aussi leur parcours clinique et professionnel en pédiatrie, en réanimation médicale, en pneumologie, en oncologie, en psychiatrie, en infectiologie, en nursing, en cardiologie, en gastrologie, en microbiologie, en immunologie, en gynéco obstétrique,  .). Ce numéro thématique est un autre témoin que la Santé Publique est un espace multi professionnel et multidisciplinaire ayant besoin du dialogue et de partage entre les experts des méthodes de médecine préventive et communautaire et les experts des composantes de la charge globale de la morbidité: les cliniciens et les fondamentalistes. La Santé publique n’est ni une discipline, ni une profession et ni un slogan, mais avant tout un engagement intellectuel et sociétal pour défendre le « public », la « cause publique » et le « service public ».
Ce numéro est composé d’une sélection des travaux de recherche de grande pertinence, de haut niveau méthodologique, rédigés par la plupart des pôles universitaires de santé publique, dans les villes universitaires maghrébines (Sousse, Monastir, Tunis, Sfax, Fès, Casablanca, Blida, Sidi bel Abbes, Nouakchott,..). C’est l’ébauche d’un texbook de santé publique maghrébine dont les objectifs suivants lui ont été fixés: 1. Répertorier les « retours d’expériences » sur la planification, la pratique et l’évaluation des initiatives maghrébines de prévention et de contrôle des problèmes de santé, au cours de demi-siècle dernier. 2. Documenter, à travers des « revues» de littérature, les enjeux actuels de la Santé Publique Maghrébine dans les domaines de la planification sanitaire, de l’organisation des services de santé, du management des programmes de santé, de la Couverture Santé Universelle, de la formation en leadership des structures sanitaires et en recherche sur les systèmes nationaux de santé. 3. Elaborer une vision participative multidisciplinaire et multi professionnelle, à travers des « regards croisés » sur les perspectives d’évolution de systèmes nationaux de santé au Grand Maghreb.
Pendant six mois et sous la coordination de l’équipe de pilotage, une quarantaine des groupes maghrébins de recherche ont partagé leurs expertises et ont mutualisé leurs compétences cliniques, fondamentales et épidémiologiques, pour éclairer les contribuables, les décideurs, et les acteurs des systèmes nationaux de santé au Grand Maghreb, sur les grandes victoires de la Santé Publique Maghrébine, sur ses problèmes prioritaires, sur ses populations à haut risque de souffrance, sur ses stratégies d’intervention, sur ses enjeux stratégiques, et sur les perspectives de développement de la santé publique maghrébine, sur les traces d’Ibn Khaldoun [3], d’Ibn Jazzar [4] et d’Ibn Toufail.
Le comité de coordination de ce numéro thématique a l’honneur et le plaisir de vous sélectionner une trentaine des papiers de haut niveau thématique, méthodologique et rédactionnel, portant sur les enjeux essentiels de la santé publique maghrébine et utilisant des devis avancés de méthodologie de recherche. Ces papiers nous éclairent, avec une approche de santé publique, sur la morbidité prévalente au grand Maghreb, dans le domaine des maladies transmissibles et de carence alimentaire et de pénurie des services de santé de base, tels que la tuberculose, le Sida, les hépatites virales, le paludisme, la mortalité maternelle, ... que sur les maladies non transmissibles, d’abondance alimentaire et de gaspillage des ressources sanitaires, dont les maladies cardiovasculaires, les cancers féminins (sein et col de l’utérus), le suicide, la prématurité et les déficits immunitaires. Une autre série d’articles abordent la thématique du management des services de santé, en développant les questions des indicateurs de la performance hospitalière dont la satisfaction des patients, les infections associées aux soins et le manque de lits d’hospitalisation. D’autres papiers attirent l’attention des leaders de la santé publique maghrébine sur quelques facteurs de risque en augmentation continue contrairement aux pays développés (tabagisme, alcoolisme, ..), les enjeux majeurs de la santé publique (charge de morbidité, démographie, ..), ses stratégies princeps (ex: dépistage et vaccination) et les principaux chantiers du projet maghrébin de développement de la santé publique et de « capacity building » en sciences de « Public Health », dont le financement des soins, la formation en médecine préventive et communautaire, l’organisation de la deuxième génération de soins de santé primaires (ex: chirurgie primaire, ..) et la recherche sur les systèmes de santé. Aux marges de cette monographie sur la santé publique maghrébine, un double hommage a été accordé, d’une part, aux auteurs des rapports de santé publique, en post printemps arabe, aux Ministères de la santé et dans les associations de la société civile pour leur courage, leur transparence et leur pédagogie de communication, et d’autre part, au personnel infirmier maghrébin qui a été, au cours de dernières décennies, la cheville ouvrière des grands « succes story » de la santé publique maghrébine (vaccination, soins de santé de base), et sur lequel les systèmes nationaux de santé compteront toujours pour des nouvelles batailles sur les fronts de la triple charge de morbidité.
Conformément aux principes de l’« Evidence based Public Health » et des bonnes pratiques de rédaction scientifique, la majorité des études sélectionnées pour ce numéro thématique sur la santé publique maghrébine, ont adopté des schémas d’étude de haut niveau tels que les « revues systématiques », les « méta analyses », les « essais randomisés », les « travaux bibliométriques », les études « multicentriques », les enquêtes « nationales », les « synthèses bibliographiques », et le « groupes de réflexion ». Ces papiers ont été rédigés dans les trois langues de communication scientifique au Grand Maghreb (anglais, français, arabe) et sont accompagnés par des résumés structurés dans ces trois langues.
Pour garantir la qualité de ces publications de santé publique maghrébine, la coordination de ce numéro thématique a assuré un accompagnement de proximité de tous les projets de recherche, en suggérant certains sujets à des experts qualifiés, en aidant à la constitution des groupes maghrébins de recherche, en orientant les équipes vers une méthodologie plus valide et plus fiable, en révisant, à plusieurs reprises, les différentes versions des manuscrits, et en assurant un « reviewing » anonyme de chaque papier par au minimum deux lecteurs de spécialités différentes.
A travers la lecture transversale de l’ensemble des papiers de ce numéro thématique, les lecteurs constateront trois éléments importants, en filigrane et d’une manière implicite dans certains cas, et d’une manière explicite et approfondie, dans d’autres cas.
•    La grande similitude de l’état de santé des pays du Maghreb dans sa démographie vieillissante, dans sa morbidité menacée par la « triple charge » de morbidité, attribuée aux maladies non transmissibles, transmissibles et aux traumatismes, résultantes des facteurs de risque métaboliques, comportementaux et environnementaux.
•    L’expertise cumulée par la première génération de santé publique maghrébine ayant réussi à édifier les systèmes nationaux de santé dans les pays maghrébins, à l’aube de leur indépendance, en comptant sur leur nationalisme, leur responsabilité sociale et leur capacité de contextualisation de l’évidence (think globally & act locally). Le contrôle de la morbidité infectieuse grâce à des programmes nationaux de vaccination et de surveillance épidémiologique, la mise en place d’une politique des soins de santé primaires, et la création d’un réseau des écoles des sciences de santé, sont quelques œuvres de l’apport de la première génération des leaders de la santé publique maghrébine.
•    L’unicité des défis de la santé publique maghrébine contemporaine, résumés essentiellement dans la triade suivante : socialisation du financement des soins (supporté actuellement et d’une manière abusive par les ménages, menacés par la pauvreté, en cas d’une maladie chronique), réorganisation des services de santé, en vitalisant la deuxième ligne des soins et en impliquant le citoyen dans son management et enfin l’appui à la recherche action sur les systèmes de santé et la formation d’une nouvelle génération des leaders de la santé publique maghrébine.
L’équipe de coordination de ce numéro thématique de santé publique maghrébine souhaite que cette initiative soit le point de départ d’une dynamique maghrébine de coopération et de collaboration, pour la mise en place d’un système maghrébin de santé…un « Maghreb Santé » au service de cent millions des maghrébins, indépendamment de leurs nationalités, de leurs revenues et de leurs résidences. Parmi les composantes de la feuille de route pour l’opérationnalisation de ce « Maghreb Santé »:
1.    Le développement de la mobilité maghrébine dans les domaines de la santé, des apprenants, des enseignants, des experts, des structures et des patients,
2.    La création des groupes maghrébins de « think tank » sur les questions stratégiques de la santé publique maghrébine: financement des soins, formation, organisation des services, management, leadership, fuite des ressources humaines du secteur public,…
3.    L’harmonisation des politiques de santé publique maghrébine, dans le management des problèmes de santé, dans la pratique des stratégies de médecine préventive et communautaire, dans la promotion de la santé des populations vulnérables
4.    La formation diplomante d’une nouvelle génération des spécialistes de santé publique maghrébine, par un staff maghrébin et à travers un programme innovateur maghrébin
5.    Mise en place de l’Ecole Maghrébine de Santé Publique: un rêve des centaines des cadres de santé, tout au long des pays su Maghreb, qui croient à juste tire qu’une formation de haut niveau et qu’une recherche de haute qualité pourront s’effectuer sur l’espace maghrébin, à Kairouan à Fès ou à Tlemcen, sans besoin de partir ailleurs, très loin… au delà de la Méditerranée, ou commander des informations auprès des bureaux d’études transatlantiques ou inviter des « missionnaires » pour des avis techniques, sur des questions basiques  
Enfin, la coordination de ce numéro thématique « Santé publique maghrébine » s’associe à la rédaction de la revue « La Tunisie Médicale » et à la Direction de la Société Tunisienne des Sciences Médicales, pour remercier tous les co signataires de ce paquet des publications maghrébines en santé publique ainsi que leurs reviewers, pour la qualité de leur production sur les plans thématique, méthodologique et rédactionnel. Nous sommes confiants que le contenu de cette monographie alimentera, tout au long de l’espace maghrébin, et durant de nombreuses années, des multiples manifestations scientifiques, managériales, et citoyennes, pour la discussion de ses données épidémiologiques, de ses analyses stratégiques et ses perspectives de consolidation des systèmes nationaux de santé. Il contribuera à la mise à jour des programmes de santé publique maghrébine unifiés, dans toutes les facultés des sciences de santé. Les travaux des autres groupes, n’ayant pas finalisé leurs manuscrits, seront publiés successivement dans les prochains numéros de la revue « La Tunisie Médicale » sous une nouvelle rubrique régulière: « Santé Publique Maghrébine » pour que ce titre reste un slogan mobilisateur, fédérateur et rêveur. Des nouveaux numéros thématiques seront édités régulièrement, sur des sujets spécifiques et des questions d’actualité, éclairant tous les acteurs du système maghrébin de santé sur les enjeux stratégiques de la santé publique maghrébine…
Bonne lecture…Bonne médiation…Bonne réflexion…Bonne action…pour un « Maghreb Santé/Santé Maghreb » techniquement performant, socialement responsable et scientifiquement rayonnant ...sur les traces d’Ibn Jazzar, d’Ibn Toufail et d’Ibn Khadoun qui disait dans son « Al Moukadia » [3], et à juste titre, que la médecine est avant tout « حفظ صحة  » (protection et promotion de la santé) avant d’être «برء مرض» (restauration de la santé).

*Pour réagir aux études de cette monographie sur la santé publique maghrébine, proposer des nouveaux sujets, ou valoriser cette initiative, prière d’écrire au coordinateur principal de ce numéro thématique de la revue « Tunis Med » à son courriel: ahmedbenabdelaziz.prp2s@gmail.com

Références
  1. Mokdad AH, Forouzanfar MH, Daoud F, El Bcheraoui C, Moradi-Lakeh M, Khalil I, et al. Health in times of uncertainty in the eastern Mediterranean region, 1990-2013: a systematic analysis for the Global Burden of Disease Study 2013. Lancet Glob Health. 2016 Oct;4(10):e704-13.
  2. Achour N, Chaoui F, Fikri Benbrahim N, Grangaud JP, Legros M. Les systèmes de santé en Algérie, Maroc et Tunisie: Défis nationaux et enjeux partagés. Les notes IPEMED Etudes et Analyses. N° 13, avril 2012. URL : http://www.ipemed.coop/adminIpemed/media/fich_article/1336128563_LesNotesIPEMED_13_Sante_avril2012.pdf
  3. Ibn Khaldoun A. Al Moukadima. URL : https://books.google.tn/books?id=rZjOsNYgwS8C&printsec=frontcover&dq=%D9%85%D9%82%D8%AF%D9%85%D8%A9+%D8%A7%D8%A8%D9%86+%D8%AE%D9%84%D8%AF%D9%88%D9%86+pdf&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjSwIzqv6ncAhXIjSwKHcFEBUgQ6wEIKzAB#v=onepage&q&f=false
  4. Ammar S. Ibn Al Jazzar et l'Ecole médicale de Kairouan. Sousse : Faculté de Médecine de Sousse ; 1994
Espace membre
E-mail :
Mot passe :
Mémoriser Mot de passe oublié S'inscrire
Archives
2018
Janvier
Février
Mars
Avril
Mai
Juin
Juillet
Août
Septembre
Octobre
Novembre
Décembre
Mots-clés
Enfant traitement pronostic Chirurgie diagnostic Tunisie Maladie de crohn dépistage Cancer du sein Cancer Coelioscopie Immunohistochimie Mortalité prévention mammographie
Newsletter
S'inscrire pour recevoir les newsletters
E-mail :
Partagez
Rejoignez-nous !