La tunisie Medicale - 2013 ; Vol 91 ( n°06 ) : 419 - 420
[ Vu 6372 fois ]
Article
La sarcoïdose est une affection granulomateuse généralisée chronique de cause inconnue. Elle touche préférentiellement l’adulte jeune, mais peut survenir à tout âge. La sarcoïdose se caractérise sur le plan histologique par l’existence dans les tissus atteints de granulomes épithélioïdes et gigantocellulaires sans nécrose caséeuse. Dans le cadre des manifestations ophtalmologiques de cette maladie, la coexistence d’autres atteintes systémiques parmi lesquelles la découverte de polyadénopathies médiastinales non compressives ou d’une élévation de l’enzyme de conversion de l’angiotensine permet souvent de suspecter le diagnostic. Cependant ces manifestations ophtalmologiques sont parfois inaugurales et peuvent ainsi poser d'importants problèmes diagnostiques. Nous rapportons un cas de sarcoïdose systémique révélée par une hypertrophie bilatérale des glandes lacrymales.

Observation

Patiente âgée de 50 ans, diabétique non-insulino-dependante qui consultait pour une tuméfaction douloureuse, mobile de consistance ferme au niveau de la partie externe des deux paupiéres superieures (figures 1 et 2).

Figure 1 : Dacryoadénite bilatérale



Figure 2 : Tuméfaction palpébrale supéro-externe



L’examen ophtalmologique aux deux yeux mettait en évidence une exophtalmie modérée aux deux yeux, une acuité visuelle conservée à 10/10, une oculomotricité normale, un segment antérieur calme et un fond d’oeil normal. Un bilan biologique était mis en route révélant une intradermoréaction à la tuberculine anergique, une enzyme de conversion à l’angiotensine positive. La radiographie de thorax montrait des opacités hilaires et médiastinales bilatérales avec au scanner thoracique quelques plages d’hyperdensités en verre dépoli multifocales associées à des adénopathies médiastinales et à un nodule sous pleural du segment postérobasal droit (figure 3). Le lavage broncho alvéolaire montrait une alvéolite de type lymphocytaire avec un rapport CD4/CD8 de 1.2. La biopsie bronchique étagée confirmait le diagnostic de sarcoidose en montrant un infiltrat inflammatoire polymorphe renfermant des granulomes à cellules géantes et épithéloïdes sans nécrose caséeuse. Devant le déséquilibre de son diabète, la patiente était traitée par des corticoïdes locaux et on notait une disparition totale de la tuméfaction des glandes lacrymales après deux mois.

Figure 3 : TDM thoracique : Adénopathies médiastinales, aspect en verre dépoli



Conclusion

Bien que l’atteinte initiale de la glande lacrymale soit rare au cours de la sarcoïdose, elle doit cependant faire systématiquement rechercher cette pathologie puisqu’elle peut s’associer à des manifestations systémiques parfois plus graves.
Espace membre
E-mail :
Mot passe :
Mémoriser Mot de passe oublié S'inscrire
Archives
2020
Janvier
Février
Mars
Avril
Mai
Juin
Juillet
Août
Septembre
Octobre
Novembre
Décembre
Mots-clés
Enfant traitement Chirurgie pronostic diagnostic Tunisie Maladie de crohn dépistage Cancer Cancer du sein Coelioscopie Immunohistochimie mammographie prévention Ostéoporose
Newsletter
S'inscrire pour recevoir les newsletters
E-mail :
Partagez
Rejoignez-nous !